en publiant ici ses statistiques à partir des commandes cumulées sur les 4 dernières années montrant la répartition de l'activité entre maitrise d'oeuvre et assistance à maitrise d'ouvrage.
La statistique aurait pu être plus détaillée avec la répartition entre projets privés et publics mais cette information n'est pas encore disponible !

La répartition entre Maitrise d’Oeuvre et Assistance à Maitrise d’Ouvrage est proportionnée aux effectifs de la société avec 3 à 4 personnes en charge des études de conception et suivi de chantier et 2 personnes en charge de toutes les missions de conseil. S’ajoute à cette répartition une part de conception peu rémunérée qui concerne la participation aux concours de maitrise d’oeuvre qui représente annuellement plus de vingt projets dont 70% sont… perdus.

L’activité « éducation » est de loin l’activité la plus importante avec en particulier les projets pour les collectivités territoriales (écoles, collèges, lycées) issus majoritairement de concours ou d’appel d’offres de maitrise d’oeuvre mais aussi en consultation directe, souvent en « pompier » auprès de groupements de maitrise d’oeuvre ne disposant pas de cette compétence lors de la signature de leur contrat. La part AMO est aussi importante avec de beaux projets de Cuisines Centrales communales et des missions de conseil sur l’optimisation des services de restauration. L’activité universitaire est aussi très importante avec des contrats auprès des CROUS de la France entière.


Dans les 66% d’activité hors éducation, c’est l’activité « restauration d’entreprise » qui est la plus forte, tant en établissements privés (RIE) qu’en établissements publics (RIA). L’activité médico-sociale et hospitalière reste plutôt faible alors qu’Alma a réalisé avant 2018 de nombreuses missions dans le milieu hospitalier. Il est possible que la mise en place des GHT (groupements hospitaliers de territoire) relance de nouveaux projets dans ce milieu.

« Retourner à Toutes les actualités
Visage à un trouble sexuel, beaucoup décident donc de se tourner vers l’automédication et l’achat de médicaments sans ordonnance, tel que le achat le Kamagra. Mais en plus d’être interdit, acheter du Kamagra sans ordonnance n’est pas sans risque pour la santé.